Un nouvel investissement pour les banques éthiques

Un nouveau fonds d’investissement a été adopté par la GABV, l’Alliance mondiale pour les banques basée sur les valeurs, afin de consolider leurs fonds propres.

C’est un tout nouvel outil qu’utilisent actuellement 25 banques de la GABV. Ce réseau de banques durables lance un fonds d’investissement qui soutient financièrement le développement social, environnemental et économique, afin d’accroitre les actions et diffuser leur vision réelle de la finance. Actuellement, ce fonds est doté de 40 millions de dollars, mais il ambitionne des actifs sous-gestion de 1 milliard de dollars jusqu’en 2025.

Une nouvelle finance

Les banquiers des États-Unis, du Bangladesh et du Danemark qui ont assisté à la réunion de la GABV cette semaine pensent qu’il faut maintenant utiliser une nouvelle échelle. Peter Blom, directeur général de Triodos, a affirmé qu’avec 100 milliards d’avoirs sous-gestion, le réseau est encore restreint, donc il faut trouver une nouvelle méthode pour changer la finance et financer le changement.

Si les acteurs alternatifs espèrent un profit sur fonds propres similaire à celui des banques traditionnelles, ils ne font pas encore le poids vis-à-vis de ces colosses de la finance. En somme, la GABV regroupe dans le monde 20 millions de clients. Avec un investissement en fonds propres sur les pays émergents, ce nouveau fonds d’investissement de GABV dénommé « Saphir » aspire à changer la donne. D’après le réseau éthique, 2 000 banques avec un actif de 600 milliards d’euros sont éligibles à ce nouvel investissement.

L’équipe en charge de la gestion du fonds a notamment persuadé 21 investisseurs. Les acteurs de la GABV ont apporté 16 millions d’euros, mais les plus grands contributeurs sont entre autres l’Église suédoise « family office » ainsi que la fondation F. B. Heron. Jean-Louis Bance, président du Crédit Coopératif, s’est félicité qu’il n’y ait pas eu de fonds public.

Davantage d’investisseurs

Pour persuader les investisseurs, le fonds d’investissement « Saphir » prévoit un rendement moyen compris entre 7 et 9% servi durant 7 à 10 ans. Surtout, il flatte la finance éthique qui, selon le directeur général du fonds, Jim Prouty, est un secteur en développement d’environ 10% et promet des revenus stables. Au prochain tour de table, « Saphir » veut utiliser l’élan des investisseurs sur les investissements durables. Ainsi, il souhaite convaincre les assureurs, les fonds de pension et les banques traditionnelles d’investir dans la finance éthique.