Comment faire contrôler un salarié en arrêt maladie ?

Les arrêts maladie abusifs, et l’absentéisme au travail, en général, engendrent des coûts non négligeables (un peu comme les impôts !) pour la structure, qu’il s’agisse d’une entreprise ou d’une collectivité. Il arrive que l’employeur soupçonne des abus au niveau des arrêts maladie, notamment pour ceux de longue durée ou en cas de répétitions.

Quel est le principe de la contre-visite médicale

Si la Sécurité sociale a multiplié le nombre de contrôle des arrêts de travail ces dernières années, il est également possible de faire appel à un cabinet d’experts privé. Ces structures proposent à l’employeur d’organiser une contre-visite médicale du collaborateur en arrêt. Il s’agit donc d’un contrôle autre que celui de la Sécurité sociale, qui a toutefois la même valeur juridique.

Un rendez-vous médical normal avec auscultation et rapport

Dans le détail, le cabinet organise une visite médicale pour ausculter le patient soupçonné d’abus par son employeur. Soit il se rend par surprise à son domicile aux horaires de présence obligatoire définies par le régime général ; soit il le convoque dans un cabinet médical pour une visite classique.

Dans les deux cas, il rencontre le patient en chair et en os et l’ausculte pour établir un diagnostic médical. A l’issue de cette visite, le médecin contrôleur établit un rapport, justifiant l’arrêt de travail ou non prescrit par le premier médecin.

Si l’arrêt est injustifié à ses yeux, il prévient évidemment l’employeur et la Sécurité sociale qui peut suspendre le versement des indemnités journalières versées au titre de la maladie.

Une grande réactivité, 48 heures maximum

Quelle que soit la situation ou l’emplacement géographique de l’entreprise concernée, il est facile de recourir à ce type de service. Le médecin organise en général la contre-visite médicale dans les 48 heures suivant l’alerte donnée par l’employeur…

Cliquez ici pour plus d’informations sur les démarches liées au contrôle médical patronal.