Depuis 2010, les contribuables détenant un revenu supérieur à 300 000 euros ne cessent de quitter la France.

Il n’existe pas de données précises sur le nombre de riches contribuables qui quittent le pays pour aller vers d’autres territoires plus profitables au niveau des impôts. Mais on estime que leur nombre ne cesse d’augmenter.

Instauration d’un bouclier fiscal

Selon les chiffres à disposition du fisc, cette tendance à quitter la France date de 2002. Elle n’a cessé qu’en 2007 où le gouvernement a instauré un bouclier fiscal. Mais à partir de 2011, le nombre de départ augmente à nouveau. La raison de ces départs est d’éviter de payer une imposition trop lourde en France.

Le nombre de départ des riches contribuables qui versent un important impôt sur le revenu devient de plus en plus important, car ils représentent une grande partie de la population. Cette hausse s’est accrue vers 2010-2011 à cause de l’adoption des plans de rigueur. Ce sont surtout les contribuables qui perçoivent plus de 300 000 euros qui tendent à quitter le pays.

En 2011, ils étaient 251 à partir. L’année suivante, leur nombre montait à 450. 60% d’entre eux ne sont pas âgé de la cinquantaine.

Les pays les plus prisés

D’après certaines études, ceux qui quittent la France choisissent souvent 3 destinations : la Suisse, la Belgique et la Grande-Bretagne. La raison est évidemment que ces pays sont plus supportables en matière d’impôts.

Ceux qui choisissent de partir possèdent un patrimoine plus important que ceux qui choisissent de rester. En effet, ceux qui échappent à l’ISF ont en moyenne 6.6 millions d’euros, contre 2.7 millions pour ceux qui restent. Ceux qui échappent à l’impôt sur le revenu gagnent en moyenne 52 000 euros, ce qui est le double du revenu de ceux qui restent.