Singapour : BSI contrainte à la fermeture

Impliquée dans le scandale 1MDB, la banque suisse BSI à Singapour a été contrainte à la fermeture. Le pays helvétique a immédiatement entamé une enquête pénale. Dans la foulée, le directeur de la banque a été forcé de démissionner.

BSI ne sera plus à Singapour. Mardi dernier, les autorités locales ont contraint la fermeture de sa filiale située dans le pays. Pour sa part, la Confédération helvétique a ouvert une enquête pénale. La banque est impliquée dans le fonds souverain malaisien 1MDB, sujet récemment à un scandale politico-financier. D’après les enquêtes, les deux établissements auraient réalisé des transactions douteuses : détournement de fonds au profit de certains personnages politiques et de personnes liées au blanchiment d’argent.

Détournement de 4 milliards USD

Selon le rapport de l’enquête pénale, 4 milliards USD auraient été détournés auprès d’entreprises publiques malaisiennes. Même si le Premier ministre malaisien, Najib Razak, a été pointé du doigt, il a été blanchi. D’après une enquête officielle, l’homme aurait reçu 681 millions USD sur son compte bancaire, mais il s’avère que ce fonds provenait d’un don octroyé par la famille royale saoudienne.

La MAS, l’autorité monétaire de Singapour, a annulé la licence de BSI, car elle n’a pas respecté ses obligations en termes de lutte contre le blanchiment. D’après la MAS, BSI serait le pire des cas en matière de malversations douteuses et de défaut de contrôle. Elle poursuit que l’établissement aurait réalisé, depuis de nombreuses années, d’importantes transactions douteuses et n’a donné aucune explication en dépit de l’existence d’indices.

La situation a obligé le directeur général de BSI, Stefano Couduri, à déposer sa démission. Parallèlement, l’établissement a affirmé qu’il y aura prochainement un directeur de risque.